Site Loader

Comme la photographie animalière devient de plus en plus populaire, je vais vous donner 5 astuces pour améliorer vos photos dans ce domaine. À force de passer de longues heures à l’extérieur pour observer la faune vous allez forcément développer une affinité avec le monde qui vous entoure, en observant les spectacles de vie que la nature nous offre.

Cependant, la photographie animalière peut sembler assez intimidante lorsque vous voulez vous lancer pour la première fois. Internet regorge d’incroyables photographies de nature et il peut sembler qu’il y a une montagne entre vos photos et les œuvres des autres. Heureusement, il existe des moyens simples de démarrer et d’apporter aussi votre pièce à l’édifice.

1 – Mettez vous à niveau

La perspective est un moyen très efficace pour améliorer rapidement vos photos. Beaucoup de photographes se familiarisant avec la photographie animalière prendront des photos debout, au mieux à genoux, regardant généralement de haut l’animal qu’ils veulent photographier. C’est peut-être quelque chose dont vous n’avez pas conscience, mais cela peut faire une énorme différence pour vos photos, en un instant. Pensez à vous accroupir ou à vous allonger au sol et placez-vous à la hauteur de votre sujet. La différence est drastique!

A gauche, une photo classique pourtant prise avec un Nikon D750 équipé d’un Nikkor 200-500mm f/5.6.
A droite, même matériel et une photo bien plus intéressante.

Vous pouvez clairement voir la différence qu’engendre le fait de se mettre au même niveau que votre sujet. Même si pour cela j’ai dû m’allonger dans l’eau et la boue afin de descendre le plus bas possible et photographier à hauteur des yeux de cette grenouille verte. Aucun regret ! Vous connaissez tous mon coté sanglier de toute façon 😉

2 – Apprenez à lire et apprécier la lumière

La lumière fait toute la différence pour une photo. Photographier à l’aube et au crépuscule (lorsque la plupart des animaux sont actifs) peut vous fournir des conditions idéales pour vos observations et photographies animalières.
Un bon lever ou coucher de soleil rendra le lieu complètement doré, ce qui ajoutera un sentiment de magie à vos photos.

Lever de soleil en sous bois pendant une journée brumeuse.
Nikon D5100 + Nikkor 55-300mm

Expérimentez ! c’est l’élément clé pour utiliser la lumière à votre avantage. Si vous souhaitez obtenir une image comme celle ci-dessus, réglez votre balance des blancs directement en mode ombragé ou manuellement entre 6500 et 7500 Kelvin . Cela fera ressortir les oranges et donnera une scène merveilleuse en plus d’aider à éclairer votre image.

3 – Apprenez à connaitre votre sujet

Un “bon” photographe animalier est aussi un bon naturaliste. Apprenez tout des animaux que vous photographiez. Enfin…ne sortez pas un bouquin à leur sujet non plus (quoi que…), mais avoir une connaissance et une compréhension de leur comportement vous sera vraiment très utile. Cela va vous permettre de prévoir leurs attitudes, leurs habitudes et de savoir ce que vous pouvez en attendre sans forcément y passer 12h d’affilée. Le jour où vous photographierez un animal en période de reproduction, par exemple, vous saurez où vous placer pour ne (surtout) pas le déranger, et le savoir à l’avance vous donnera toutes les chances de le photographier correctement. Vous pouvez également savoir à l’avance où un oiseau se posera et… il fera ce qu’il voudra à ce moment là ^^ Mais vous aurez néanmoins la photo.

A force d’observation, je savais où il allait se poser. Le reste ne dépend plus de moi ^^

4 -Expérimentez différentes vitesses d’obturation

Vous avez surement déjà entendu ou lu que vous devriez utiliser une vitesse d’obturation rapide pour figer l’action, non?
En fait, faire exactement le contraire peut donner des résultats vraiment sympas. Lorsque vous photographiez un oiseau en vol, par exemple, vous souhaiterez peut-être transmettre son mouvement sur votre photo. Au lieu d’accélérer la vitesse d’obturation, maintenez-la basse à environ 1/100 de seconde. Ensuite, déplacez votre appareil photo pendant qu’un oiseau vole et déclenchez l’obturateur. Cela fonctionne évidemment aussi avec les mammifères. Bon, il y aura surement pas mal de photos bonnes pour la poubelle… mais si vous êtes chanceux, vous en obtiendrez une avec un effet de filé. Ce qui change drastiquement de la majorité des photographies animalières.

1/80 sec | f/9 | iso 800
Dommage pour la mise au point.

5 – N’ayez pas peur de monter fortement en ISO

Monter en ISO peut être une perspective effrayante. Trop élevé et vous introduirez beaucoup de bruit numérique dans votre image, ruinant la qualité. Trop faible et vous aurez une vitesse d’obturation trop lente, ce qui rendra une image floue. Mais trop souvent, les photographes sont trop prudents lorsqu’il s’agit de monter en ISO, même si cela peut «apporter plus de lumière» à l’image. Tous les appareils photos n’ont pas la même capacité à monter en ISO “proprement”, mais prenez quelques clichés de test et déterminez quelle est la valeur maximale acceptable selon votre appareil. Gardez à l’esprit que vous publiez majoritairement sur les réseaux sociaux qui sont consultés sur smartphone. Une forte montée en ISO ne se verra souvent pas du tout.

Jetez un œil à la photo suivante. Elle a été prise à 12 800 ISO. Évidement c’était sur un Nikon D750, mais même sur des reflex très basiques, je poussais régulièrement mon ISO jusqu’à 1600 ou 3200, voir au-delà.

ISO 12800 à f/8
Nikon D750 + Nikkor 200-500mm f/5.6

Complément de lecture :
– Petit budget? Cet article est pour vous : Cliquez ici.
– Comment choisir son premier téléobjectif pour la photographie animalière? : C’est par ici.
– Pour en savoir plus sur l’objectif que j’utilise, cliquez ici.
– J’ai écrit un article sur le Tamron 150-600mm, à ne pas prendre à la légère, pour son prix : ici.
– Ne négligez surtout pas l’importance d’une bonne carte mémoire ! Cliquez ici.

Post Author: Fawn et Flore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *